Compte-rendu : “La Crise de la République de Weimar”

Séance du 25 avril 2018

(Compte-rendu de Sara Minelli)

Texte : 
– Moritz Föllmer und Rüdiger Graf (Hrsg.): Die « Krise » der Weimarer Republik. Zur Kritik eines Deutungsmusters, Frankfurt am Main 2005, hier: 9 – 41.

Compte-rendu de la séance :
La lecture proposée par Katharina Schmitten, doctorande à la Humboldt Universität de Berlin, portait sur l’utilisation du concept de “crise” dans l’interprétation historique de la République de Weimar. Selon les auteurs de l’introduction au volume collectif, M. Föllmer et R. Graf, il est nécessaire d’opérer un retour réflexif sur les usages du terme de “crise” pour qualifier une période historique. Cela vaut en particulier pour la République de Weimar : en effet, argumentent les auteurs, à la période historique de 1919 à 1933 on associe désormais automatiquement le qualificatif de crise, sur la base d’un point de vue implicitement téléologique, qui en fait une époque “pré-nazie”. La recherche de signes annonciateurs de 1933 est ainsi privilégiée dans la recherche historiographique sur la République de Weimar, laissant dans l’obscurité bien d’autres réalités et expériences positives qui en firent partie. En partant d’une histoire des concepts à la manière de Koselleck, les auteurs soulignent en outre qu’il ne va pas de soi d’associer le concept de crise à celui de décadence et de corruption. L’étymologie du terme, du grec ancien krisis, contient bien plutôt l’idée d’une coupure : la crise est le moment critique où une décision doit être prise, où la situation change de signe. Les auteurs soulignent ainsi l’importance, pour l’historienne, de définir clairement les usages du concept par les sources – qui peuvent se rapporter à un point de vue subjectif ne correspondant pas à une situation objective – et de les différencier de l’utilisation qu’elle en fait elle-même, au risque sinon d’anachronismes et de confusions. Ils critiquent aussi le fait que la notion de crise est souvent invoquée dans l’historiographie comme comme facteur explicatif sans que n’en soit jamais déterminé précisément le sens. Enfin, les auteurs appellent à questionner et problématiser la clé de lecture historiographique en termes de crise, geste que les textes réunis dans le recueil ont pour but d’inaugurer.

Dans la discussion, il a été relevé que le texte ne questionnait pas assez la nature des sources sur lesquelles s’appuie l’historien afin de juger si une période est ressentie comme une situation de crise par les contemporains. On peut en effet supposer qu’il existe un décalage entre le discours public relayé par les journaux et le ressenti privé dont l’expression est plus difficile à saisir, mais dont les possibles sources – journaux intimes par exemple – étaient absentes des études proposées dans le recueil.

Ensuite, dans la prolongation de la problématique du texte, nous nous sommes interrogés sur les usages de la notion de “crise”, aussi bien dans les années 1920-1930, par exemple dans le discours philosophique, que de nos jours. Afin de définir plus précisément dans quel sens la notion de crise est utilisée, il nous a semblé important de situer l’usage dans un contexte d’énonciation précis, et de chercher à la définir par rapport aux notions qui dans ce contexte s’y opposent : est-ce l’harmonie ? la stabilité ? la croissance ? Dans tous les cas, l’influence du langage économique, et surtout l’effet bien réel de la crise de 1929 nous a semblé jouer un rôle prépondérant pour la détermination des connotations négatives associées à l’idée de crise au XXème siècle. Ce sont ces connotations qui jouent encore un rôle majeur dans le discours public contemporain, où l’usage de la notion de crise nous a semblé désigner tout particulièrement des situations qui ont atteint un degré de complexité tel qu’il est impossible d’en avoir une vue d’ensemble : parler de crise signifie alors qu’on ne sait plus ou on ne veut pas chercher à démêler cette complexité.

Pour approfondir la réflexion sur la notion de crise, la lecture d’autres textes à été proposée : ceux de R. Koselleck et l’ouvrage de M. Dobry, Sociologie des crises politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.