Compte-rendu : « Rassismus. Zur Phänomenologie leibhaftig inferiorisierender Desozialisierung »

Séance du 18 octobre 2018

Présentation par Bahar Şen

(Compte-rendu de Lucie Lamy)

Texte : Michael Staudigl, « Rassismus. Zur Phänomenologie leibhaftig inferiorisierender Desozialisierung », in : Liebsch, Hetzel, Sepp (Hg.), Profile negativistischer Sozialphilosophie (2011), p. 201-2016

Compte-rendu de la séance :
Le texte de Michael Staudigl, Privat-Dozent à l’Université de Vienne, philosophe spécialiste de la violence et du racisme, que nous avons travaillé au cours de cette séance a été proposé et présenté par Bahar Şen, doctorante en philosophie au Centre Marc Bloch. Bahar Şen a commencé par présenter la démarche de l’ouvrage dont est tiré l’article : il s’agit d’un ouvrage qui s’inscrit dans la perspective d’une philosophie sociale négativiste. Le négativisme consiste à critiquer un type de philosophie qui pense en termes d’ordre et perçoit donc la négativité comme un élément perturbateur. La démarche négativiste, à l’inverse, qui trouve notamment sa place dans l’approche phénoménologique telle que la pratique Staudigl, intègre la négativité non comme élément dérangeant, mais comme élément constitutif de la réalité. Dans ce contexte, c’est le terme de « socialité négative » (negative Sozialität) qui permet d’appréhender le cas particulier du racisme, en partant du principe que la négativité, dans sa dimension anormale, est en réalité constitutive de l’ordre social puisque l’ordre crée une norme, et donc une anormalité. Dans cette perspective, le racisme est abordé par Staudigl comme étant constitutif de la pratique sociale : Bahar Şen a mis en évidence qu’il relève d’une méthode de socialisation qui consiste à attribuer à la personne victime de racisme tous les attributs négatifs – ce que, soi-même, on n’est pas ou ne veut pas être. De la méthode raciste émerge donc un sens : le racisme dit quelque chose de ma socialisation.

Selon Bahar Şen, le titre du texte peut être compris comme une définition du racisme : il s’agit d’une désocialisation corporellement infériorisante. Le texte permet donc d’approcher la question du racisme à un niveau individuel : le racisme comme processus social impliquant deux sujets. En effet, en prenant appui sur Fanon, Levinas et Sartre, le texte montre le processus selon lequel le racisme est avant tout vécu dans son propre corps. Il s’agit d’une expérience au cours de laquelle la perception de son corps n’est plus immédiate, mais médiate, c’est-à-dire déterminée par le regard que l’autre pose sur le corps de la personne victime de racisme.

En conclusion, le texte montre comment cette socialisation négative (negative Vergesellschaftung) qu’est le racisme se nourrit de la peur d’être ou de devenir semblable à ce qu’on a défini comme l’altérité, comme ce qui n’est pas « nous ». En ce sens, le racisme est une forme de socialisation qui révèle ce qui est perçu comme relevant de l’ordre ou de la norme pour la personne exerçant le racisme.

La discussion s’est focalisée essentiellement sur la clarification de plusieurs termes du texte (qu’est-ce qui est entendu par « méthode », comme distinguer « racisme » et « discrimination », …). Bahar Şen a ensuite remis en question la dimension infériorisante du racisme, en prenant l’exemple de l’antisémitisme dans les années 1930, qui pose les Juifs assimilés et cosmopolites de Berlin et Vienne au début du 20ième siècle non comme des personnes inférieures, mais au contraire supérieures, et donc menaçantes. Dans cette perspective, le racisme ne serait pas forcément l’expression d’un complexe de supériorité de la personne exerçant le racisme, mais pourrait aussi être l’expression d’un complexe d’infériorité. Enfin, la discussion s’est ouverte aux autres disciplines et notamment aux études historiques sur le racisme, avec notamment l’évocation des travaux de Jean-Frédéric Schaub (Pour une histoire politique de la race. Paris, Éditions du Seuil, 2015), qui font écho à la place centrale du corps (Leib) dans le texte de Staudigl, puisqu’ils présentent le racisme comme un processus de biologisation, d’attribution de caractéristiques soi-disant naturelles aux personnes envers qui s’exerce le racisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.