Compte-rendu : “La nature ordinaire du politique”

Séance du 21 novembre 2017

(Compte-rendu de Rodolphe Royal)

Textes :
– Bayat A., Life as politics: How ordinary people change the Middle East, Stanford University Press, Standford, 2010, pp. 43-65.
– Eliasoph N., Avoiding politics: How Americans produce apathy in everyday life, Cambridge UP, Cambridge, 1998, pp. 1-23.

Compte-rendu de la séance :
Au cours de cette première séance, ont été discutés Life as politics : How ordinary people change the Middle East, de Asef Bayat, ainsi que Avoiding politics. How americans produce apathy in Everyday Life, de Nina Eliasoph. La discussion de ces deux ouvrages a permis d’interroger les critères et catégories fondamentales à partir desquelles rendre compte de la spécificité du “politique”.

L’ouvrage de Nina Eliasoph met en évidence les stratégies d’évitement du politique à l’œuvre dans la vie associative américaine. La volonté de lutter contre le découragement inciterait les bénévoles à limiter leur action aux situations qui les concernent les plus immédiatement, et à détourner leur regard des choix politiques collectifs dont ces situations peuvent résulter. Nina Eliasoph entend ainsi éprouver la thèse selon laquelle l’engagement associatif serait un moyen de socialisation, de construction d’un espace public de délibération politique essentiel à la vie démocratique américaine. La dimension politique “s’évapore” à mesure que la parole des bénévoles est exposée au public ; l’engagement associatif présuppose un repli sur les moyens individuels de gestion du quotidien aux dépens de la délibération collective.

L’ouvrage de Asef Bayat part quant à lui d’une interrogation quant à la capacité des catégories traditionnelles de la science politique à appréhender l’ensemble des formes d’expression du politique. Ces catégories traditionnelles ont conduit la littérature à concentrer essentiellement son attention sur les “épisodes insurrectionnels, révolutions nationales et mouvements sociaux (tels que l’Islamisme)” en tant que facteurs d’évolution politique au Moyen-Orient. Ce serait là omettre des formes d’organisation et d’engagement politiques qui, quoique “non conventionnelles”, n’en sont pas moins structurantes dans les sociétés post-coloniales. Ces formes non conventionnelles seraient le moyen d’expression politique privilégié de classes urbaines marginalisées du fait de la dissolution, dans ces sociétés post-coloniales, des structures de responsabilité collective et d’État providence (Welfare State). En se caractérisant d’une part par l’absence de revendications politiques explicites formulées dans le cadre d’une organisation collective ; en se traduisant d’autre part par des actions individuelles conduites dans l’environnement ordinaire et quotidien de ces classes urbaines marginalisées, elles échapperaient aux représentations traditionnelles du politique. En contestant les structures de domination dont font l’objet ces classes marginalisées, et en ayant pour finalité l’amélioration de leurs conditions d’existence, elles n’en seraient pas moins dotées d’une signification politique certaine. C’est ce dont Asef Bayat essaie de rendre compte à travers la notion de “quiet encroachment of the ordinary“.

À partir de ces deux ouvrages, cette première séance a eu pour objet de questionner les critères à partir desquelles rendre compte de la spécificité du politique, eu égard notamment aux formes ordinaires et quotidiennes qu’il est susceptible de revêtir. Elle a notamment interrogé le statut et la fonction, pour la définition du politique, du sens subjectif que les acteurs attribuent à leurs actes (la dimension politique étant délibérément écartée dans l’ouvrage de Nina Eliasoph, et non explicitée par les acteurs dans l’ouvrage d’Asef Bayat) ; de la possibilité, en l’absence de définition subjective, de circonscrire de manière scientifique la frontière du politique ; de l’irréductibilité de l’État, considéré comme appareil de domination, comme point d’achoppement à partir duquel peut être défini le politique. Au regard de ces questions, cette séance a pu souligner les difficultés conceptuelles et méthodologiques que soulève l’émergence de tentatives de réappropriations quotidiennes et ordinaires du politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.