Séance “Le Bundestag saisi par l’extrême droite. Sociologie politique d’une recomposition institutionnelle”

Séance du 13 décembre 2018 – Présentation de projet

Martin Baloge (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheur associé au Centre Marc Bloch, post-doctorant en Science politique)

En 2017, à la suite des élections fédérales du pays, le parti AfD (Alternative für Deutschland) fait une entrée spectaculaire au Bundestag. Pour la première fois depuis l’instauration de la Loi Fédérale de 1949, un parti d’extrême-droite parvient à accéder à la représentation fédérale. Ses 92 députés constituent le premier groupe d’opposition, ce qui constitue aux yeux de nombreux observateurs allemands et étrangers un séisme politique. Cette présentation entend montrer que ce séisme est également institutionnel en bouleversant à la fois les interactions au sein du Bundestag, les façons d’y travailler, la sociologie de ses membres et plus généralement le fonctionnement même de la démocratie parlementaire allemande. La conflictualisation des échanges produit en effet une évolution des pratiques mais également des idéologies et des appréhensions de la culture du consensus, longtemps défendue par les parlementaires allemands. Cette étude entend donc montrer comment une institution démocratique et ses membres (ré)agissent en période de crise politique. Cette recherche s’appuie sur des entretiens réalisés auprès de députés membres de toutes les fractions du Bundestag, sur une analyse des débats en séance, ainsi que sur une base de données prosopographique des députés AfD.

Sitzung „Zum Verhältnis von Soziologie und Psychologie“

Séance du 29 novembre 2018 – Textlektüre

Frank Müller (Doktorand an der Freien Universitäten, seit 2017 am Centre Marc Bloch assoziiert)

Texte : Adorno, Theodor W.: Zum Verhältnis von Soziologie und Psychologie (1955), in: Ders., Soziologische Schriften I, Gesammelte Schriften, Band 8, Frankfurt/Main 1972, 42-85.
Assoun, Paul-Laurent: Psychanalyse et Théorie critique, in: Tumultes 17-18, 2002, 129-146.

Weiterführende Lektüre:
Kirchhoff, Christine / Schmieder, Falko (Hg.): Freud und Adorno. Zur Urgeschichte der Moderne. Berlin 2015.

In Frankreich ist der Rückgriff auf Psychologie und die Psychoanalyse in den Wissenschaften weit verbreitet, während in Deutschland lange Zeit nur von der Frankfurter Schule versucht wurde, Psychologie und Psychoanalyse in eine kritische Sozialwissenschaft einzubinden. Adornos Text von 1955 zieht eine erste Bilanz aus der Erfahrung der empirischen Sozialwissenschaft mit psychologischen Ansätzen und liefert einige Grundbegriffe für die Diskussion (Parsons, Weber, Freud). Der französische Text von Paul-Laurent Assoun gibt einen kurzen historischen Überblick über das Verhältnis von kritischer Theorie und Psychoanalyse.

Die Diskussion der Texte greift das jüngste Interesse an einer Verbindung von Psychoanalyse und kritischer Theorie in Deutschland auf (Kirchhoff/Schmieder 2015). Innerhalb des Seminars im Forschungsschwerpunkt knüpft sie an den Vortrag von Christine Kirchhoff und die Sitzung über Adornos „Was heißt: Aufarbeitung der Vergangenheit?“ im letzten Semester am Centre Marc Bloch an. Es geht um die Frage, wie psychologische Erklärungsansätze für die empirische Soziologie eine Rolle spielen können. Heißt psychologisch erklären nicht noch mehr als soziologisch erklären, durch Verstehen zu entschuldigen? Können die aktuellen politischen und gesellschaftlichen Entwicklungen psychologisch erklärt werden, oder nimmt man ihnen dadurch gerade den politischen Charakter?

Nach der Einführung von Frank Müller wurde über den Kontext, in dem dieser Text von Adorno entstanden ist, diskutiert. Der Text wurde in einer Zeitschrift für Soziologie veröffentlicht und entstand im Rahmen der Debatte um den Faschismus: da die Soziologie nicht ausreichend ist, um den Faschismus zu erklären, wird auf die Psychologie zurückgegriffen. Es wurde dann betont, dass sowohl der Begriff von Psychologie als auch der von Soziologie in diesem Text sehr spezifisch sind: „Psychologie“ ist hier als Psychoanalyse, und „Soziologie“ als gesellschaftskritische Theorie zu verstehen. Es geht also in beiden Fällen nicht um Empirie. Zum Schluss wurde darüber diskutiert, warum der Dialog zwischen Psychologie und Soziologie heutzutage fast verschwunden ist, indem die Psychologie aus dem Bereich der Sozialwissenschaften allmählich ausgeschlossen worden ist.

Compte-rendu : « Rassismus. Zur Phänomenologie leibhaftig inferiorisierender Desozialisierung »

Séance du 18 octobre 2018

Présentation par Bahar Şen

(Compte-rendu de Lucie Lamy)

Texte : Michael Staudigl, « Rassismus. Zur Phänomenologie leibhaftig inferiorisierender Desozialisierung », in : Liebsch, Hetzel, Sepp (Hg.), Profile negativistischer Sozialphilosophie (2011), p. 201-2016

Compte-rendu de la séance :
Le texte de Michael Staudigl, Privat-Dozent à l’Université de Vienne, philosophe spécialiste de la violence et du racisme, que nous avons travaillé au cours de cette séance a été proposé et présenté par Bahar Şen, doctorante en philosophie au Centre Marc Bloch. Bahar Şen a commencé par présenter la démarche de l’ouvrage dont est tiré l’article : il s’agit d’un ouvrage qui s’inscrit dans la perspective d’une philosophie sociale négativiste. Le négativisme consiste à critiquer un type de philosophie qui pense en termes d’ordre et perçoit donc la négativité comme un élément perturbateur. La démarche négativiste, à l’inverse, qui trouve notamment sa place dans l’approche phénoménologique telle que la pratique Staudigl, intègre la négativité non comme élément dérangeant, mais comme élément constitutif de la réalité. Dans ce contexte, c’est le terme de « socialité négative » (negative Sozialität) qui permet d’appréhender le cas particulier du racisme, en partant du principe que la négativité, dans sa dimension anormale, est en réalité constitutive de l’ordre social puisque l’ordre crée une norme, et donc une anormalité. Dans cette perspective, le racisme est abordé par Staudigl comme étant constitutif de la pratique sociale : Bahar Şen a mis en évidence qu’il relève d’une méthode de socialisation qui consiste à attribuer à la personne victime de racisme tous les attributs négatifs – ce que, soi-même, on n’est pas ou ne veut pas être. De la méthode raciste émerge donc un sens : le racisme dit quelque chose de ma socialisation.

Selon Bahar Şen, le titre du texte peut être compris comme une définition du racisme : il s’agit d’une désocialisation corporellement infériorisante. Le texte permet donc d’approcher la question du racisme à un niveau individuel : le racisme comme processus social impliquant deux sujets. En effet, en prenant appui sur Fanon, Levinas et Sartre, le texte montre le processus selon lequel le racisme est avant tout vécu dans son propre corps. Il s’agit d’une expérience au cours de laquelle la perception de son corps n’est plus immédiate, mais médiate, c’est-à-dire déterminée par le regard que l’autre pose sur le corps de la personne victime de racisme.

En conclusion, le texte montre comment cette socialisation négative (negative Vergesellschaftung) qu’est le racisme se nourrit de la peur d’être ou de devenir semblable à ce qu’on a défini comme l’altérité, comme ce qui n’est pas « nous ». En ce sens, le racisme est une forme de socialisation qui révèle ce qui est perçu comme relevant de l’ordre ou de la norme pour la personne exerçant le racisme.

La discussion s’est focalisée essentiellement sur la clarification de plusieurs termes du texte (qu’est-ce qui est entendu par « méthode », comme distinguer « racisme » et « discrimination », …). Bahar Şen a ensuite remis en question la dimension infériorisante du racisme, en prenant l’exemple de l’antisémitisme dans les années 1930, qui pose les Juifs assimilés et cosmopolites de Berlin et Vienne au début du 20ième siècle non comme des personnes inférieures, mais au contraire supérieures, et donc menaçantes. Dans cette perspective, le racisme ne serait pas forcément l’expression d’un complexe de supériorité de la personne exerçant le racisme, mais pourrait aussi être l’expression d’un complexe d’infériorité. Enfin, la discussion s’est ouverte aux autres disciplines et notamment aux études historiques sur le racisme, avec notamment l’évocation des travaux de Jean-Frédéric Schaub (Pour une histoire politique de la race. Paris, Éditions du Seuil, 2015), qui font écho à la place centrale du corps (Leib) dans le texte de Staudigl, puisqu’ils présentent le racisme comme un processus de biologisation, d’attribution de caractéristiques soi-disant naturelles aux personnes envers qui s’exerce le racisme.

Compte-rendu : “La Crise de la République de Weimar”

Séance du 25 avril 2018

(Compte-rendu de Sara Minelli)

Texte : 
– Moritz Föllmer und Rüdiger Graf (Hrsg.): Die « Krise » der Weimarer Republik. Zur Kritik eines Deutungsmusters, Frankfurt am Main 2005, hier: 9 – 41.

Compte-rendu de la séance :
La lecture proposée par Katharina Schmitten, doctorande à la Humboldt Universität de Berlin, portait sur l’utilisation du concept de “crise” dans l’interprétation historique de la République de Weimar. Selon les auteurs de l’introduction au volume collectif, M. Föllmer et R. Graf, il est nécessaire d’opérer un retour réflexif sur les usages du terme de “crise” pour qualifier une période historique. Continuer la lecture

Protokoll: “Das politische System”

Sitzung zu N. Luhmann, 13.02.2018

(Protokoll: Frank Müller, CMB/FU Berlin)

Textvorstellung: Elsa Tulmets (CMB)

Texte:
– Luhmann, Niklas: Politik als selbstreferentielles System, in: Politische Theorie im Wohlfahrtsstaat, München 1981, S. 33-41.
– Braun, Dietmar / Papadopoulos, Yannis: Niklas Luhmann et la gouvernance, in: Politix, vol. 14, n° 55, Troisième trimestre 2001. Analyses politiques allemandes, pp. 15-24.
– Luhmann, Niklas: Soziologie des politischen Systems, in: Soziologische Aufklärung 1. Aufsätze zur Theorie sozialer Systeme, Opladen 1970, S. 154-177.

Protokoll:
Gegenstand der Sitzung waren ausgewählte Texte von Niklas Luhmann zu seinem Begriff der Politik. Für die vorbereitende Lektüre waren der kurze Text „Politik als selbstreferentielles System“ aus dem Band Politische Theorie im Wohlfahrtsstaat (München 1981, S. 33-41) sowie als Sekundärquelle der französische Text „Niklas Luhmann et la gouvernance“ von Dietmar Braun und Yannis Papadopoulos (in: Politix, vol. 14, n° 55, Troisième trimestre 2001. Analyses politiques allemandes. pp. 15-24)  vorgeschlagen worden, der Aufsatz „Soziologie des politischen Systems“ aus Luhmanns Soziologische Aufklärung 1. Aufsätze zur Theorie sozialer Systeme, Opladen 1970, S. 154-177 konnte als ergänzender Text hinzugezogen werden. Continuer la lecture

Protokoll: “Politik und Öffentlichkeit”

Sitzung zu H. Arendt, 9.1.2018

(Compte-rendu de Elsa Tulmets)

Text:
– Hannah Arendt, Was ist Politik?, hg.v. Ursula Ludz, München-Berlin, 6. Auflage 2017, S. 9-35 und 123-136.

Textvorstellung: Frank Müller

Protokoll:
Das ausgewählten Textabschnitte erlauben es, Hannah Arendt aus einer alternativen Perspektive kennenzulernen. Die Autorin tritt darin nicht als Totalitarismus-Spezialistin auf oder als konservative Politikerin, die die griechische Polis vertritt. Die Textfragmente ermöglichen es vielmehr, den Begriff der Öffentlichkeit zu diskutieren. Die Fragmente waren als „Einführung in die Politik“ geplant, sind aber zu Arendts Lebzeiten nie erschienen. Sie sind unabgeschlossen geblieben und erst 1993 als Taschenbuch erschienen, das danach mehrere Auflagen erfuhr. Der Text bietet einen Zugang zu den Begriffen des Politischen und der Öffentlichkeit, wie sie während der Entstehungszeit der Fragmente diskutiert wurden. Continuer la lecture

Compte-rendu : “La gouvernementalité”

Séance du 5 décembre 2017

(Compte-rendu de Mahaut Ritz)

Texte :
– Foucault M., Securité, Territoire et population, Seuil, Paris, 2004, pp. 3-30 et 119-138.

Compte-rendu de la séance :
La séance portait sur le concept de “gouvernementalité” de Michel Foucault à travers la lecture de deux leçons prononcées par le philosophe au Collège de France les 11 janvier et 8 février 1978 et publié dans Sécurité, territoire et population. Dans ces deux leçons, Foucault développe une théorie de l’économie de pouvoir à l’œuvre dans les sociétés occidentales modernes autour de trois modalités – la souveraineté, la discipline et les dispositifs de sécurité – et s’intéresse particulièrement à l’histoire des technologies de sécurité depuis les XVIIe et XVIIIe siècles. Il se penche également sur l’histoire de la notion de gouvernement qui amorce sa théorie de la gouvernementalité. Continuer la lecture

Compte-rendu : “La nature ordinaire du politique”

Séance du 21 novembre 2017

(Compte-rendu de Rodolphe Royal)

Textes :
– Bayat A., Life as politics: How ordinary people change the Middle East, Stanford University Press, Standford, 2010, pp. 43-65.
– Eliasoph N., Avoiding politics: How Americans produce apathy in everyday life, Cambridge UP, Cambridge, 1998, pp. 1-23.

Compte-rendu de la séance :
Au cours de cette première séance, ont été discutés Life as politics : How ordinary people change the Middle East, de Asef Bayat, ainsi que Avoiding politics. How americans produce apathy in Everyday Life, de Nina Eliasoph. La discussion de ces deux ouvrages a permis d’interroger les critères et catégories fondamentales à partir desquelles rendre compte de la spécificité du “politique”. Continuer la lecture