Compte-rendu : « Projektvorstellung : Entre transnationalisme et supra-nationalisme : le rôle des fonctionnaires d’échange face aux crises européennes »

Séance du 1er novembre 2018

Présentation de Elsa Tulmets

(Compte-rendu de Pascal Schneider)

Texte : Anika Stühler, « Beamtenaustausch und gemeinsame Weiterbildung als Fundamente deutsch-französischer Kooperation », in Aktuelle Frankreich-Analysen, dfi (Deutsch-Französisches Institut), n° 29, Dezember 2014

Compte-rendu de la séance :

ElsaTulmets, chercheuse associée à l’Institut de Relations Internationales (IIR) de Prague et spécialiste de la politique étrangère européenne et des États membres de l’Union européenne, nous a présenté sa méthodologie et les difficultés rencontrées dans la construction de son projet sur le rôle des fonctionnaires d’échange face aux crises européennes. Pour ce faire, elle a retracé la genèse du sujet, son historiographie, ses questionnements et ses hypothèses, les définitions clef, et pour finir elle a abordé des aspects empiriques de sa recherche.

Son intérêt pour l’internationalisation des administrations publiques nationales l’a conduite à essayer de comprendre comment l’Europe se construit en temps de crise.

Comment est-elle arrivée à ce sujet ? C’est la rencontre avec des fonctionnaires d’échange, dans le cadre de ses recherches, qui l’a amenée à s’interroger sur le rôle de ces fonctionnaires, dont l’existence est, à l’origine, une réponse française et allemande aux crises internes de l’Union européenne.

Ses recherches ont ainsi abouti à la rédaction d’un ouvrage, s’intitulant East Central European Foreign Policy Identity in Perspective. Back to Europe and the EU’s Neighbourhood, publié en 2014. Elle s’intéresse ainsi à la révision des règles de politique étrangère de l’Union européenne et remarque une évolution constante de ces dernières.

Elle étudie la gestion des crises par les administrations et tente de déterminer si les diverses crises, tant internes qu’externes,comme la crise financière de 2008, sont des situations exceptionnelles. Mais la crise est ambivalente, car elle peut être exceptionnelle ou bien routinière si elle dure. Il fallait donc tout d’abord définir le mot crise et comprendre ce qui est en crise, avant de constater qu’il existe une solution à celle-ci.

Finalement, les crises sont une période critique, mais également une opportunité qui renforce l’intégration régionale. On peut souligner ici trois aspects : l’internationalisation, l’européanisation et la transnationalisation, et donc empiriquement l’administration, les fonctionnaires d’échange et les acteurs régionaux et internationaux de la société civile.

Tout d’abord l’administration, qui apparaît en 1789, envoie des experts nationaux dans les nouveaux pays européens. Dans le contexte franco-allemand, quelques éléments renforcent la politique de coopération administrative, comme dans l’Unité de travail franco-allemande, depuis 2012, dans les ministères des finances respectifs. Ensuite, le fonctionnaire d’échange, différent du fonctionnaire détaché ou du fonctionnaire de liaison, est un fonctionnaire qui est intégré dans l’administration du pays d’accueil, mais qui est rémunérépar son pays d’origine. Son rôle se développe à la fin de l’année 1986. Effectuant des travaux de routine, par exemple pour des sommets européens, ou arborant parfois des fonctions plus politiques, telles que l’écriture d’un discours, il est parfois chargé de remplacer des ministres : sa portée est alors pleinement transnationale.

En outre, les sources mobilisées pour ce travail sont informelles. Il s’agit majoritairement d’interviews, qui sont donc très variables, et qui peuvent poser problème en vue d’une comparaison. De plus, l’accès aux archives est limité.

Pour conclure, quel est le rapport entre les fonctionnaires d’échange et les crises ?

On peut tout d’abord dire que les fonctionnaires d’échange sont des personnes essentielles dans la gestion de crise. Ensuite, leur loyauté est d’abord nationale, avant d’être européenne. Pour finir, le retour du fonctionnaire dans son administration d’origine et la valorisation de cette expérience sont largement méconnues et restent encore à étudier.

Compte-rendu : « Rassismus. Zur Phänomenologie leibhaftig inferiorisierender Desozialisierung »

Séance du 18 octobre 2018

Présentation par Bahar Şen

(Compte-rendu de Lucie Lamy)

Texte : Michael Staudigl, « Rassismus. Zur Phänomenologie leibhaftig inferiorisierender Desozialisierung », in : Liebsch, Hetzel, Sepp (Hg.), Profile negativistischer Sozialphilosophie (2011), p. 201-2016

Compte-rendu de la séance :
Le texte de Michael Staudigl, Privat-Dozent à l’Université de Vienne, philosophe spécialiste de la violence et du racisme, que nous avons travaillé au cours de cette séance a été proposé et présenté par Bahar Şen, doctorante en philosophie au Centre Marc Bloch. Bahar Şen a commencé par présenter la démarche de l’ouvrage dont est tiré l’article : il s’agit d’un ouvrage qui s’inscrit dans la perspective d’une philosophie sociale négativiste. Le négativisme consiste à critiquer un type de philosophie qui pense en termes d’ordre et perçoit donc la négativité comme un élément perturbateur. La démarche négativiste, à l’inverse, qui trouve notamment sa place dans l’approche phénoménologique telle que la pratique Staudigl, intègre la négativité non comme élément dérangeant, mais comme élément constitutif de la réalité. Dans ce contexte, c’est le terme de « socialité négative » (negative Sozialität) qui permet d’appréhender le cas particulier du racisme, en partant du principe que la négativité, dans sa dimension anormale, est en réalité constitutive de l’ordre social puisque l’ordre crée une norme, et donc une anormalité. Dans cette perspective, le racisme est abordé par Staudigl comme étant constitutif de la pratique sociale : Bahar Şen a mis en évidence qu’il relève d’une méthode de socialisation qui consiste à attribuer à la personne victime de racisme tous les attributs négatifs – ce que, soi-même, on n’est pas ou ne veut pas être. De la méthode raciste émerge donc un sens : le racisme dit quelque chose de ma socialisation.

Selon Bahar Şen, le titre du texte peut être compris comme une définition du racisme : il s’agit d’une désocialisation corporellement infériorisante. Le texte permet donc d’approcher la question du racisme à un niveau individuel : le racisme comme processus social impliquant deux sujets. En effet, en prenant appui sur Fanon, Levinas et Sartre, le texte montre le processus selon lequel le racisme est avant tout vécu dans son propre corps. Il s’agit d’une expérience au cours de laquelle la perception de son corps n’est plus immédiate, mais médiate, c’est-à-dire déterminée par le regard que l’autre pose sur le corps de la personne victime de racisme.

En conclusion, le texte montre comment cette socialisation négative (negative Vergesellschaftung) qu’est le racisme se nourrit de la peur d’être ou de devenir semblable à ce qu’on a défini comme l’altérité, comme ce qui n’est pas « nous ». En ce sens, le racisme est une forme de socialisation qui révèle ce qui est perçu comme relevant de l’ordre ou de la norme pour la personne exerçant le racisme.

La discussion s’est focalisée essentiellement sur la clarification de plusieurs termes du texte (qu’est-ce qui est entendu par « méthode », comme distinguer « racisme » et « discrimination », …). Bahar Şen a ensuite remis en question la dimension infériorisante du racisme, en prenant l’exemple de l’antisémitisme dans les années 1930, qui pose les Juifs assimilés et cosmopolites de Berlin et Vienne au début du 20ième siècle non comme des personnes inférieures, mais au contraire supérieures, et donc menaçantes. Dans cette perspective, le racisme ne serait pas forcément l’expression d’un complexe de supériorité de la personne exerçant le racisme, mais pourrait aussi être l’expression d’un complexe d’infériorité. Enfin, la discussion s’est ouverte aux autres disciplines et notamment aux études historiques sur le racisme, avec notamment l’évocation des travaux de Jean-Frédéric Schaub (Pour une histoire politique de la race. Paris, Éditions du Seuil, 2015), qui font écho à la place centrale du corps (Leib) dans le texte de Staudigl, puisqu’ils présentent le racisme comme un processus de biologisation, d’attribution de caractéristiques soi-disant naturelles aux personnes envers qui s’exerce le racisme.